Hôtel de ville

Situation

Au carrefour de la rue Grenade et de la Grand-Rue.

Services présents au sein de l'Hôtel de Ville

Rez de chaussée

  • Contrôle des habitants - Bureau des étrangers
  • Gardes municipaux

1er étage

  • Greffe Municipal
  • Salle de Municipalité
  • Salle de Mazan

2ème étage

  • Bureau du Syndic
  • Salle des mariages

3ème étage

  • Bourse communale
  • Bureau technique

Histoire

Les façades néo-classiques, avec leur succession d’arcades et leurs fenêtres à corniches, ont donné le ton pour les autres immeubles reconstruits à cette époque, lors de la rectification du tracé des rues Mauborget et Grenade

Dès 1830, la Municipalité trouvait que les salles communales sises dans l'ancien Hôtel de Ville, comprenant en outre une exploitation hôtelière, n'étaient plus adaptées aux besoins. En 1834, l'architecte PERREGAUX, de Lausanne, réputé à l'époque, fut chargé de la présentation d'un projet.

La construction était prévue à l'emplacement de trois maisons, au bord de la Mérine, près de son confluent avec la Broye. Deux de ces maisons ont été achetées à fr. 5'000.- pièce, la troisième fr.6'500.-. Une quatrième était une ancienne boucherie et devait appartenir à la Commune. L'Etat a renoncé au droit de mutation sur les transactions et versé deux secours de fr.800.- .

Le programme remis à l'architecte comportait:

- le voûtage de la Mérine,

- des caves à louer,

-un rez avec un corps de garde et des locaux à louer comme  magasins,

- aux premier et deuxième étages des locaux pour les bureaux, la Municipalité, le Conseil communal, les autorités judiciaires, le Tribunal criminel,

- un troisième étage comprenant une salle de réserve pour le Conseil communal, si l'autre était à l'occasion trop petite, pouvant également servir pour les spectacles et les concerts,

- un logement pour le concierge et un pour un gendarme

Pour assurer le financement de la construction, la Commune vendit pour fr.47'040.- , au enchères, l'ancien Hôtel de Ville, y compris des parcelles au Pré-Page et aux Iles-à-l'Ours.

Les travaux ont débuté vers 1837 par la démolition des maisons existantes et la préparation et le transport des pierres. Le chantier dura 6 ans, comportant certains retards dus à l'architecte qui tardait beaucoup à préparer les plans des étapes suivantes. Une remise en question de la dimension du bâtiment est intervenue en cours de route, l'architect mettant la Municipalité en garde à l'égard de l'aspect imposant, voire disproportionné, qu'aurait la construction d'un troisième étage en regard des bâtiments voisins. La Municipalité ne s'est pas laissée convaincre, malgré la réduction relativement importante du coût de la construction.

Les participations financières de l'Etat étaient, partiellement en tous cas, justifiées par la possibilité d'élargir les deux rues se croisant devant la maison de ville. Dans cet ordre d'idées intervint peu après la suppression et l'élargissement du clocher du pont Saint-Eloi, dans le but de faciliter le passage des chars.

Une commission municipale s'occupait étroitement des décisions à prendre et de la surveillance des travaux. Le coût de l'ouvrage s'est établi à un peu moins de fr. 60'000.- .

Modifié le : 31.10.2016 10:46:09