En savoir plus

Littérature sur Moudon

1) La ville de Moudon et ses musées (guides de monuments suisses SHAS)

2) L'église Saint-Etienne de Moudon (guides de monuments suisses SHAS)

3) La ville de Moudon (Les monuments d'art et d'histoire du canton de Vaud, tome VI)

  www.gsk.ch

 

Histoire de Moudon

Le bourg de Moudon se loge dans les courbes de la Broye, écoutant la Mérine qui rafraîchit les falaises auxquelles s’agrippe la Ville-Haute.
Ce bourg médiévale se décline dans le passé  avec une grande richesse architecturale et historique.
Cette localité se décline aussi dans le présent, avec ses événements divers tels que les Brandons, le Festival des Musiques Populaires, les marchés, la Brocante du
Bourg.
Et finalement dans le futur avec des investissements immobiliers et divers projets de développements.

Cette mosaïque temporelle donne une grande valeur à cette petite ville où il fait bon vivre.

Dès l’époque romaine, une agglomération s’est formée au croisement des grands axes européens, au confluent de la Broye et de la Mérine. Au début du Moyen Age, les habitants se réfugient sur la colline protégée par ces deux rivières, fortifiée vers 1130 par le comte de Genève, puis peut-être par les Zaehringen vers 1190.

Ce premier bourg est conquis vers 1207 par le comte Thomas de Savoie, tout en restant sous la suzeraineté de l’évêque de Lausanne. Devenu point d’appui de l’expansion savoyarde en Pays de Vaud, il se développe rapidement au cours du XIIIe siècle. Le siège du bailliage de Vaud ayant été établi à Moudon par Pierre II de Savoie vers 1260, la ville devient un centre administratif et judiciaire où se réunissent régulièrement les États de Vaud. Le modèle de ses franchises est repris pour de nombreuses villes vaudoises.

En 1536, Moudon passe sous domination bernoise et adopte la Réforme, comme l’ensemble du Pays de Vaud. La ville reste à la tête d’une circonscription plus petite, dont le bailli réside à Lucens. Les deux siècles et demi de paix qui suivent favorisent le renforcement de l’administration communale et le développement de la bourgeoisie. A la Révolution, Moudon devient chef-lieu de district et s’adapte aux nouvelles conditions du trafic, toujours plus rapide : création de la ligne ferroviaire de la Broye en 1876, de la ligne de tram, puis de bus du Jorat en 1902 et de la route de Berne en 1964. Particulièrement riche en patrimoine bâti, l’ensemble de la ville porte encore la marque de ces évènements historiques. La rue du Château actuelle, dans sa partie supérieure, correspond au noyau primitif ; avec ses maisons à arcades et la grande tour subsistant de la forteresse seigneuriale, elle montre plusieurs points communs avec Berne et Fribourg. Première extension au sud, la rue du Bourg occupe la crête d’un long éperon rocheux. Sa physionomie encore typiquement médiévale avec ses hautes façades arrière prolongeant les falaises de molasse, a valu à la Ville-Haute de Moudon d’être classée site d’intérêt national.

La Ville-Basse s’est formée durant les premières décennies du règne de la maison de Savoie, autour de deux importants hôpitaux de voyageurs (Saint-Jean de Jérusalem et Saint-Bernard) de part et d’autre du pont Saint-Eloi ; elle est fortifiée vers 1280 au moment où l’on construit l’église Saint-Etienne, la plus importante église gothique du canton après la cathédrale de Lausanne. Elle comprend encore de nombreux édifices civils majeurs, du XVIIe au milieu du XIXe siècle.

Texte : Monique Fontannaz  

Modifié le : 29.09.2015 13:58:55